Pourquoi partir …

Faqila c’est un projet de vie pour nous. C’est une caravane que nous rêvons d’emmener d’oasis en oasis dans l’Europe pour récolter des graines de savoir, de beauté et les semer le long de notre chemin.

Partant du constat que notre société est actuellement incapable d’évoluer, de muter avec la rapidité et la sagacité qui serait nécessaire pour répondre à l’enjeu des 100 années à venir, à savoir, adapter l’humanité et son mode de vie à son environnement et non plus son environnement à son mode de vie, nous pensons qu’il faut inventer le mode de vie de demain aujourd’hui, que survienne ou non l’effondrement, il est nécessaire de multiplier les initiatives, les essais, les expérimentations.

Ce constat est accompagné de la conviction forte de la capacité de l’humain à aller vers le mieux, à se dépasser, à améliorer sa condition et plus généralement la condition du monde au sein duquel il ne redevient qu’un élément. Ce constat et cette conviction nous intime à nous mettre en mouvement, en action, avec son lot de réussites, d’échecs, de peur, de pleurs, de joie.

C’est pourquoi, afin de se donner la possibilité de revenir, il nous faut une fois de plus partir. Partir à la recherche de l’autre. De celui qui a pavé le chemin pour nous. Partir trouver ce qui existe pour ramener ce qui n’existe pas encore. Les indiens disent que l’univers fonctionne en cercle. La Terre et les étoiles sont rondes, le vent monte et finit par tourbillonner, l’oiseau construit son nid en cercle. C’est pour cette raison que leurs tipis étaient ronds, qu’ils comprenaient l’aspect cyclique de la vie et de toute chose. Il nous faudra donc faire un cercle, un tour. A l’extérieur comme à l’intérieur.

Les protagonistes

Partir pour rencontrer

Rencontrer

Articles

Tania

Dehors, il pleut. Les nuages relâchent finalement leurs larmes de vie sur les côteaux montagneux de la région. La journée est finie et nous, on est rentrés à la maison. Le feu réchauffe le foyer, peut être un peu trop parfois, mais cela ne fait rien, on se sent bien dans ce cocon. Avant même …

Antonis

Il fait beau, le soleil est enfin venu sécher les quelques gouttes qui ont timidement détrempé le sol des contreforts des montagnes définissant la frontière nord de la Grèce. Son sourire mange la moitié de son visage où la barbe naissante vient recouvrir son visage. Malgré son bras meurtri par une vie de labeur dans …